Philosophie d’équipage sur Jean-du-Sud

Les convictions religieuses, c’est comme les fesses: ce n’est pas parce qu’on en a qu’il faut les montrer à tout le monde.

– Apocryphe

Sur de longues distances, l’adage veut que le bateau rétrécisse d’un pied pour chaque journée passée avec le même équipage. Un équipage qui réussit à s’entendre et qui partage un code commun de vie à bord est donc central à de bons souvenirs. Ce faisant, les personnes qui songent à naviguer sur Jean-du-Sud devraient évaluer si les pratiques ci-dessous cadrent avec leur propre philosophie de voile.

Sécurité

Il y a quatre vestes gonflables « mustang » à bord. On s’attend à ce que les membres de l’équipage portent une veste. Par mauvais temps, de nuit, ou lorsque les circonstances l’exigent, on s’attachera également aux lignes de vie s’il faut aller au mât.

Une personne en état d’ébriété pendant une navigation sera reconduite au port le plus proche. Cela dit, un peu d’alcool au mouillage ou en marina, devant un beau coucher de soleil, fait partie des plaisirs de la navigation. On mettra l’emphase sur « un peu » si on est en navigation le lendemain.

Du plaisir et une connexion humaine

L’humour est central. On veut avoir du fun et une bonne blague est toujours la bienvenue!

Règle générale, on s’attend à des personnes courtoises, ouvertes à différentes idées… et capable de prendre une blague! La citation présentée en début de texte fait plus référence à la manière dont on aborde les sujets plus qu’aux sujets eux-mêmes. Au besoin, il faut savoir doser ses opinions qui nuisent à la cohésion de l’équipage et savoir s’adapter aux sensibilités de l’équipage. Cela dit, on ne veut pas d’un bateau « plus catholique que le pape », particulièrement si le contexte se prête bien à l’humour.

Le Skipper ne se cherche pas de blonde. Les femmes (ou tout autre genre) peuvent s’attendre à un environnement de navigation où on les respecte pour leur désir de faire de la voile (et on espère que ce sera partagé!).

Communication, exécution et coordination

Les procédures d’exécution de manœuvres sont d’ordinaire celles enseignées par Voile Canada ou par le Royal Yachting Association (RYA).

Des manœuvres réussies passent par un équipage coordonné. Il n’y a qu’un seul maître de manœuvre et par défaut, c’est le Skipper. Si d’autres personnes veulent apprendre, elles seront désignées maître de manœuvre par le Skipper. Le Skipper peut toujours reprendre le rôle de maître de manœuvre.

La communication est cruciale et doit être fluide. Le maître de manœuvre doit communiquer des intentions claires et l’équipage doit répondre, même lorsqu’on est habitué à travailler ensemble. « Je ne comprends pas » ou « je n’ai pas entendu » est mieux que de ne rien dire. Une personne qui ne répond pas signale qu’elle n’est pas attentive à une manœuvre.

Le temps pour débattre et le temps pour exécuter sont deux moments distincts. On exposera d’avance comment on s’apprête à faire une manœuvre et on en discutera ensemble. On évitera de débattre d’une manœuvre pendant son exécution. On reviendra sur les manœuvres moins réussies après leur exécution.

Promiscuité et contributions

Jean-du-Sud est un petit bateau hauturier (Alberg 30) et il faut s’attendre à de la promiscuité: une seule toilette derrière un rideau, un lit double et deux banquettes. Il y aura au plus trois personnes à bord pour de longs segments de navigation. Si c’est le cas, deux personnes devront s’attendre à coucher dans le lit double. Planifiez un seul bagage (+/- 60 L) qui peut se plier une fois à bord.

À moins de spécification contraires, une personne qui vient à bord peut s’attendre à ce que le Skipper prenne en charge les frais de nourriture à bord, excluant l’alcool, de même que les frais de diesel ou de marina. Une personne devra cependant s’assurer de pouvoir se rendre au point d’embarquement et de débarquement par ses propres moyens. Les frais de nature individuelles sont à la charge de chaque personne.

Autres dimensions

  • Pas de cigarettes ou d’animaux à bord.
  • Il faut s’attendre à ce que des photos soient prises à bord et diffusées sur les réseaux sociaux. Une personne qui ne veut pas être photographiée sera responsable de sortir du cadre des photos/vidéos.
  • Il est dans votre intérêt de divulguer les dimensions de votre santé qui pourraient nuire à la navigation ou qui nécessiterait une intervention d’urgence en mer. Ça aide l’équipage à intervenir au besoin.
  • On s’attend à ce que vous participiez à la vie à bord à la hauteur de vos compétences et de manière plus ou moins égale à la participation des autres: cuisine, inspections, veilles, etc.
  • Vous embarquez à vos propres risques. Vous dégagez Jean-du-Sud et son Skipper de toute responsabilité, accident ou fatalité (!) qui pourrait vous arriver.
  • Le CV de Pier du Sud est disponible ici.

Intéressé? Écrivez à svjeandusud@gmail.com avec votre CV marin et une courte description de vous.